http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Le continent de l’espérance
25/08/2010
       « L’Afrique noire est mal partie ! »
Tel est le sens de beaucoup de commentaires qui comparent la stagnation économique de ce continent par rapport, par exemple, au décollage spectaculaire de l’Asie et qui évoquent, en vrac la surpopulation, la mauvaise gouvernance et la corruption, les conflits ethniques et autres, le népotisme, l’analphabétisme et l’émigration des élites, le sort peu enviable de beaucoup de femmes et le SIDA…

      Et pourtant le chef de l’Eglise Catholique parle affectueusement de l’Afrique comme d’un réservoir de spiritualité par rapport à tant de régions réputées riches mais envahies par le matérialisme et l’individualisme.

      J’ai demandé son sentiment là-dessus à Patricia, une jeune fille de 18 ans qui revient d’un long stage dans un pauvre village de la brousse africaine.

      Je précise qu’elle avait traversé l’an dernier une période de tension avec ses parents et qu’elle avait été recueillie pendant plusieurs mois par ses grands-parents avec lesquels elle a des rapports simples et confiants.
      Un soir sa grand-mère lui a dit : « Tu te crois malheureuse parce que tu tournes trop autour de ton nombril. Tu devrais voir un peu ce qui se passe ailleurs et t’occuper des autres. Au lieu de faire bronzette cet été, je te recommande de faire une expérience dans un domaine nouveau !»

      La proposition fût évidemment mal reçue mais la grand-mère remit plusieurs fois la question sur le tapis. Un jour, elle a eu la surprise d’apprendre que la jeune fille s’était finalement rendue à ses raisons et qu’elle préparait un projet de vacances au sein d’une association caritative.

      Départ, séjour entrecoupé de quelques mails rassurants…

      Au retour, la grand-mère demande « Alors ! »
      Et Patricia de raconter la sévérité du climat, la pauvreté des habitants, leur dur travail de jeunes volontaires avec les maçons africains pour édifier une école avec des moyens artisanaux, son hébergement dans une famille locale avec partage du mil et des ignames pris à la main dans la calebasse collective, coucher par terre sur une natte dans la case au milieu des enfants et hygiène… rudimentaire…

      Question : « Et qu’est-ce qui t’a frappé le plus dans tout cela ? »
Réponse : « C’est qu’ils n’ont rien et sont toujours joyeux ! »
***
Que chacun en tire la conclusion qu’il voudra !
FKT            



Retour