http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Une société fâchée avec sa jeunesse ?
14/04/2010
Une société fâchée avec sa jeunesse ? - Sondage (AFEV)
51% des Français ont une image négative des jeunes


- Une majorité de Français a une image négative de sa jeunesse, selon le sondage exclusif réalisé pour l'Afev par le cabinet Audirep.

- 51% des personnes interrogées ont une image «plutôt négative» ou «très négative» des jeunes ; 70% les trouvent «individualistes». Plus qu'une simple défiance, c'est un fossé qui sépare toute une partie des Français de leurs propres enfants, petits-enfants ou voisins.

- Pour l'Afev, qui mobilise chaque année 7500 étudiants bénévoles dans les quartiers populaires, les chiffres de ce sondage révèlent un profond décalage entre le regard de notre société et la réalité de l'engagement de la jeunesse. Un tel décalage met en question les représentations portées par certains acteurs politiques et médiatiques, ainsi que l'insuffisance des politiques jeunesses menées jusque là.

- A l'opposé de la vision d'une jeunesse repliée sur elle même, l'Afev rend publiques les premières conclusions de son Observatoire des nouvelles solidarités locales, basées sur des projets menés par des jeunes (15-35 ans) dans une dizaine de villes en France. Cette enquête cherche à mieux comprendre les mécanismes qui mènent les jeunes à s'engager aujourd'hui, leurs motivations, les freins et les soutiens qu'ils rencontrent, les enseignements qu'ils en tirent.

- Ces conclusions constituent selon nous une contribution dans la redéfinition actuelle des politiques jeunesse. Elles posent la jeunesse comme une ressource pour notre société, plutôt que comme un problème à résoudre.

Détail du sondage sur le site www.afev.org
Le sondage et les réactions de personnalités
***

Commentaires de France-Valeurs

1/ De génération en génération , le jugement négatif porté sur la jeunesse fait partie des constantes humaines.
       Au temps de Cicéron , on disait déjà d’un homme arrivé qu’il était naturellement “Laudator temporis acti se puero” (enclin à louer le temps de sa jeunesse)

2/ En ce qui concerne la jeunesse actuelle, si nous avons des reproches à faire à quelqu’un, ce serait plutôt aux parents et professeurs marqués par Mai 68 dont beaucoup ont eu tendance à pratiquer le laxisme dans l’éducation des enfants au nom du slogan “ Il est interdit d’interdire”. Parallèlement, ils leur donnaient trop souvent le mauvais exemple, aussi bien sur le plan de la morale familiale ( divorces, avortement, enfant unique )qu’au plan de l’importance attachée à l’argent ( certains parents riches donnent aujourd’hui 1. 000 € d’argent de poche chaque mois à leurs enfants ) , qu’au plan de la négligence civique ( abstention électorale ) , de l’abandon de la pratique religieuse et de la réticence à prendre des responsabilitésr dans la cité.
      En fait, une partie des jeunes actuels, tous milieux confondus, ont été à la fois des enfants-rois et des enfants abandonnés.

3/ Abandonnés, ils ont été d’autant plus soumis à l’influence néfaste de la TV, d’internet, et des réseaux malfaisants de tous genres qu’on y trouve avec incitation à la banalisation du sexe précoce, de l’alcool et de la drogue.

4/ Tout en déplorant les excès et les tendances d’une partie de cette jeunesse ( son “suivisme” chronique et sa répugnance à s’engager dans le mariage notamment ) , je me demande par ailleurs si les adultes n’ont pas tendance à trop la juger sur des comportements extérieurs: la vêture négligée, le MP 3 à l’oreille,le téléphone à la main, tout en la méconnaissant en profondeur...

5/ Dans ces conditions, je trouve au contraire admirable qu’une partie de la jeunesse actuelle réagisse de façon positive à la crise de notre société, en faisant preuve de bon sens, d’un certain détachement vis à vis de l’argent , de générosité et de retour à la pratique d’une saine autorité dans l’éducation de leurs propres enfants.

6/ Moi qui évoque à longueur d’année le devoir pour ceux qui ont reçu davantage de “renvoyer l’ascenseur”, je salue notamment les engagements bénévoles en faveur des pauvres et des exclus mis en lumière à l’occasion de ce sondage. Je connais beaucoup de jeunes qui donnent une année de leur temps au service des autres dans le Tiers Monde .J’ai aussi rencontré en prison des étudiants, y compris des élèves de Polytechnique ou de HEC, membres du GENEPI* qui venaient régulièrement donner des cours à des détenus.
***

      Je rejoins donc en partie la conclusion de rapport de l’office de sondage précité.
      Au lieu de regarder l’ensemble de la jeunesse comme un problème, prenons le parti de considérer sa majorité encore saine comme une chance et de lui faire confiance, tout en réservant aux mauvais éléments les traitements dissuasif, répressif et éducatif indispensables !

Jean Delaunay            
***
GENEPI


"VISITER LES PRISONNIERS" Jean DELAUNAY   GUIDES TOTUS   Le Sarment   FAYARD


Retour