http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
BENEVOLAT !
19/08/2009
      Mes 27 merveilleuses années passées sous les drapeaux m’ont permis de rencontrer de nombreuses ethnies africaines, des tribus calédoniennes et des peuplades musulmanes variées. Ensuite, après 8 ans, moins heureux, dans le monde de la micro entreprise, j’ai décidé de réorienter mon activité vers le bénévolat, l’ «humanitaire», dit-on aujourd’hui.

      L’humanitaire… mais lequel ? Pendant mon temps d’expat, j’avais vu arriver, en Afrique ou ailleurs, des représentants d’associations qui descendaient de la première classe d’avion et se précipitaient dans les hôtels de luxe pour profiter d’une suite climatisée. J’avais accompagné, pour leur sécurité, les déplacements de membres d’autres organisations qui osaient affréter un gros 4 x 4 confortable pour inspecter, l’espace d’un petit quart d’heure chacun, des dispensaires de brousse (1).

      Mon choix a donc été vite fait. Tout mais pas çà !

      En Afrique, nous avions eu la chance, ma femme et moi, d’être les hôtes du représentant de l’Ordre de Malte résidant sur place. Etant en poste à l’Ambassade de France du même pays, je connaissais l’ambiance factice des cocktails diplomatiques… Chez lui, au contraire, aucun superflu, la piscine existante avait même été vidée pour redistribuer ses frais d’entretien. Petite résidence sobre, pas de clim. On mangeait la nourriture locale. Seul luxe : l’eau minérale en bouteilles. Ambassadeur bénévole de l’Ordre Souverain, il se loge lui-même, paye son personnel de sa poche et passe la majorité de son temps à sillonner un pays 3 fois grand comme la France, dans un vieux 4 x 4 qui affiche fièrement 350.000 km de pistes africaines, (ce qui doit bien compter double), afin d’approvisionner en médicaments les nombreux dispensaires qu’il a en charge dans les zones les plus reculées du pays. Il dort sur une natte chez un chef de village ou à la belle étoile. Il ne se passe pas de trimestre sans qu’il ne crée un nouveau poste de secours sur le passage d’une caravane dans le nord, ou dans un regroupement de cases dans le sud.

      Seul, avec son idéal … et son portefeuille… Cela m’a paru du Vrai Bénévolat !

      C’est en gardant à l’esprit les actions de cet homme que j’ai décidé de franchir le pas et d’offrir mes services et ma petite expérience outre-mer à l’Ordre de Malte, rue des Volontaires à Paris. L’ambiance n’y a rien à voir avec celle d’une grande entreprise du CAC 40. Pas de pression, pas de querelles entre services...

      Un seul et même but : œuvrer au service de nos Seigneurs, les malades.

      Quelle belle expérience pour moi que celle de partir en Haïti pour trouver les moyens de porter assistance à un prêtre qui assure, de sa propre initiative, avec un couple de professionnels de santé, des consultations dans un dispensaire délabré sur un bassin de population de 20.000 personnes. Ils ne bénéficient officiellement que de quelques cachets d’aspirine et pilules antibiotiques par semaine… Les dossiers des patients sont rongés par les rats !

      Quelle merveille de recevoir à Paris des jeunes fiancés qui cherchent à offrir un an de leur temps, dès la célébration de leur prochain mariage, au service des plus pauvres dans un pays sahélien !

      Quel bel exemple ai-je reçu de ce chirurgien, chef de service d’une clinique privée du sud de la France qui part un mois par an comme bénévole dans l’extrême sud est asiatique : opérations délicates pour appareiller des lépreux, formation de médecins locaux, conseil aux équipes sanitaires ! ... Merveilleux exemple aussi que celui de ces chirurgiens ou médecins qui, au lendemain d’une retraite bien méritée, partent opérer ou soigner des indiens, africains ou cambodgiens ! Et que dire de tous ces bénévoles qui partent sans hésitation dans des pays lointains pour mettre leurs talents et leur cœur au service de ceux qui en ont besoin, hébergés pauvrement dans les missions locales, logeant dans les léproseries ou même couchant sur un lit d’hôpital, dans une salle commune.

      Médecins, administratifs, agronomes ou relevant d’autres corps de métier, bravo pour le travail que vous faites ! Merci pour l’orientation de vie que vous m’avez suggérée.

Thierry LF             
(‘1) Les exemples ci-dessus ne sont cependant pas représentatifs de l’ensemble des associations évoquées.

L'Ordre de Malte
Retour