http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Béatitudes pour temps de crise
08/04/2009
       La crise économique est là, soudaine et dévastatrice.
Au départ, elle sévissait de l'autre côté de l'Atlantique, mais à présent, elle déferle en plein Hexagone. A nos portes, c’est l’angoisse, la peur du lendemain et souvent le désastre.
      Pas un jour sans que le journal local n'annonce une fermeture d’usine et parle du désespoir des salariés sinistrés.
      Le chômage est la préoccupation numéro un des Français, bien avant le pouvoir d'achat et les retraites.

      C’est pourquoi, je juge opportun de ressortir de mon tiroir un texte prophétique écrit dès l'été 1982 par Mgr Torija, un évêque d’Amérique Latine.

      Béatitudes pour le temps du chômage.

      • « Bienheureux ceux qui s'appauvrissent pour investir et créer des emplois, car ils accumulent des richesses dans le Royaume éternel. »
      • « Bienheureux ceux qui renoncent à des emplois qui ne leur sont pas nécessaires pour vivre dignement, car ils ont une place assurée dans le Royaume. »
      • « Bienheureux les fonctionnaires qui travaillent comme s'ils s'occupaient de leur propre affaire, qui facilitent les démarches et qui étudient sérieusement les problèmes : leur travail sera considéré comme sacré. »
      • « Bienheureux les travailleurs indépendants qui ne s'opposent pas à de justes réformes de leur profession parce que mieux vaut faire la volonté de Dieu que plaire aux collègues. »
      • « Bienheureux les ouvriers et les employés qui préfèrent la création de postes de travail pour tous, plutôt que d'accumuler des heures supplémentaires et des primes pour eux-mêmes, parce qu'ils savent où est leur vrai trésor. »
      • « Bienheureux les banquiers, les courtiers, les commerçants qui ne profitent pas de la situation pour augmenter leurs gains, fût-ce de façon légale, parce qu'ils rendent un grand service à la Paix. »
      • « Bienheureux les hommes politiques et syndicaux qui s'attachent à trouver des solutions réalistes au chômage, par-dessus les stratégies et les intérêts partisans, parce qu'ils accélèrent la venue du Royaume. »

      • « Bienheureux serons-nous tous, quand nous cesserons de dire :
"Si je ne tire pas profit de la situation, un autre le fera",

      • quand nous cesserons de penser :
"Quel mal y a-t-il à frauder, puisque tout le monde le fait ?"

      • quand nous renoncerons à penser :
"Si la loi n'est pas violée, tout est permis",

parce qu'alors la vie en société sera une anticipation du bonheur du Royaume.»
A lire et à relire.
Frédérique FERRÉ-LABAEYE.            

Retour