http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Bioéthique et Valeurs
04/03/2009
      Depuis des décennies, une «guerre des idées» oppose ceux qui, comme nous, essayent de faire vivre et d’exalter les Valeurs de notre civilisation d'origine chrétienne à d’autres qui cherchent à changer la mentalité des hommes, dans le but, pour certains, de «casser la baraque», c'est-à-dire de transformer la société.

      Jusqu'ici cette opposition se manifestait, entre autres, d’une part, dans la façon de juger le passé et, d’autre part, d’aborder les problèmes liés à la sexualité.
Aujourd'hui, la bioéthique constitue un autre champ d’affrontement idéologique car elle repose sur une certaine vision de l’homme et, qu’à cet égard aussi, les opinions divergent beaucoup.

      La révision imminente de la loi sur la bioéthique de 2004 représentera une nouvelle phase de ce conflit dont l’issue sera déterminante pour l’évolution de notre civilisation.

      En simplifiant les choses à l'extrême, le dilemme qui se pose est le suivant :

Ou bien les savants s'autorisent à faire tout ce que leur permet la technique moderne, ou bien ils se sentent liés par un certain nombre de principes, relevant, soit de la simple précaution, soit de l’éthique, qui leur recommandent la prudence et la modération.

      Or, au moment où les botanistes du monde entier s'affrontent, par exemple en ce qui concerne le maïs, sur le danger potentiel des organismes génétiquement modifiés (OGM)....
      Au moment où des femmes de l’Est, candidates au rôle de mère porteuse, proposent sur Internet la location de leur ventre pour quelques milliers d'euros, et où d'autres, originaires de régions misérables, cherchent à casser ces prix...
      Au moment où des biologistes réussissent à insérer des gènes de porc dans des cellules humaines... en attendant de créer des êtres hybrides…
      Au moment où l'avortement concerne 200 000 françaises chaque année mais où des centaines d'autres femmes cherchent à avoir un enfant grâce à la PMA (procréation médicalement assistée) au prix de traitements psychologiquement éprouvants…
      Au moment où l'euthanasie tend, dans certains milieux, à être considérée comme un droit, ce qui ouvrirait la porte, s’ils étaient suivis, à tous les abus imaginables ...
      … il paraît vital pour l'humanité, et d’autant plus urgent, de placer des barrières légales pour, au minimum, empêcher les apprentis sorciers d’engager l'avenir de nos enfants.
      Au mieux, il serait sain de saisir l’occasion pour appeler l’opinion publique au bon sens.
      Alors qu’on évoque à tout propos les Droits de l’Homme, on pourrait même en profiter pour essayer de «tirer nos contemporains vers le haut» en rappelant l’essentiel, le droit à la Dignité.

      Le Parlement doit réviser la loi actuelle sur la bioéthique. D'ores et déjà, les positions antagonistes sont très tranchées, qu'il s'agisse de procréation médicalement assistée, de la recherche sur les embryons humains, de l'utilisation de cellules souches à des fins thérapeutiques ou de médecine expérimentale.
      Pour préparer ce travail, le Gouvernement vient de convoquer les Etats Généraux de la Bioéthique.

      De son côté, l'Eglise Catholique vient d’exposer sa position à travers un important document. Il n'appréhende les questions de bioéthique que sous l'angle humain. Il porte ainsi le titre significatif de «Dignitas personae», ce qui signifie « la dignité de la personne ».

      La Bioéthique est un élément clé du système de Valeurs que nous essayons de définir et d’exalter. Nous suggérons donc à nos amis, non seulement de se tenir au courant de ce dossier très complexe, mais aussi de contribuer à alerter l’opinion publique sur l’importance de l’enjeu du débat.
Jean Delaunay                  
***

Retour