http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Marcher
08/10/2008
      Pour nous, les Valeurs humaines fondamentales ressortissent aux forces morales, ce sont ces piliers qui permettent aux hommes et aux sociétés de tenir debout. C’est à ce titre que France-Valeurs essaye, depuis 26 ans, de réensemencer notamment le courage, le sens de l’honneur et celui de la responsabilité, le respect, la générosité, l’attachement à la famille… Ces notions, on pourrait aussi les appeler des vertus.
      A la réflexion, des attitudes caractérisées par certains verbes d’action méritent aussi d’être classés dans la catégorie des Valeurs. C’est le cas du verbe « lire » que j’évoquais récemment ou celui « d’écouter » dont je parlerai plus tard. C’est aussi celui de « marcher ».
      Selon moi, la marche est une valeur humaine élémentaire et d’autant plus importante. Elle caractérise le dynamisme vital. Elle symbolise l’avancée vers l’avenir. Savoir marcher est une étape décisive de la croissance du petit d’homme. Chez le vieillard, continuer à marcher le plus tard possible, en dépit de ses douleurs, est une marque de caractère.
      Pour les pèlerins de Chartres ou de Compostelle, la résistance à la fatigue et au découragement est un signe fort, un message adressé à Dieu et aux hommes, quelque chose comme : « Je mets ma peau au bout de mes idées ».
      C’est aussi une magnifique occasion de victoire sur soi-même.
      Pour le commun des mortels, marcher est un moyen facile et gratuit d’entretenir son corps en douceur. C’est aussi une façon d’admirer de près la nature, de découvrir la face la plus sympathique du monde et de rencontrer des gens... C’est un élément de bonheur simple…
      Dommage qu’il soit méconnu chez nous…

       En effet, en ces temps où beaucoup de gens vivent, par nécessité, contre la montre, onze mois sur douze, la marche semble négligée par la majorité de nos contemporains. Certes, les joggeurs du week-end sont nombreux aujourd’hui ; certes on rencontre des groupes d’héroïques retraités sac au dos sur les GR mais, en vacances en Savoie, je rencontre moins de promeneurs sur nos sentiers que de baigneurs bronzant sur la rive de nos lacs et de parapentistes dans notre ciel. En ville, j’aperçois beaucoup de mamans qui conduisent leurs enfants à l’école en auto et trop de jeunes en scooter. Rares sont nos contemporains urbains qui choisissent de monter les étages à pied... Bref, au-delà de la marche, c’est le goût de l’effort qui se perd.
(Ne voit-on pas souvent de jeunes écoliers marcher à côté de la maman qui porte le cartable de ce pauvre chéri ?)
***
      Nous nous permettons souvent ici de diffuser des conseils de bon sens dans le domaine moral. En ce qui concerne l’entretien de nos carcasses, j’ajouterais volontiers celui-ci.
      Qui que nous soyons, même âgés et arthrosiques, profitons de cette période estivale pour renouer avec des sources de joies simples : notamment le lever tôt pour découvrir la nature en goûtant la fraîcheur du matin et un peu de marche à pied pour retrouver, après tant d’heures passées assis devant nos écrans, deux des aspects essentiels de notre nature humaine : la station debout et un effort physique mesuré.
JD
***


Retour