http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Le talon d’Achille des démocraties
10/09/2008
par le Général Jean Delaunay ( en 2° section)

      Le reportage effectué par une journaliste française auprès des talibans et publié par un magazine à grand tirage me fait horreur.
      Il dénote d’abord un manque de respect coupable envers nos soldats tombés le 18 août en Afghanistan et envers leurs familles. C’est aussi une mauvaise action, qui s’apparente à une trahison, vis-à-vis de notre politique et de notre défense. Sur le plan psychopolitique, il représente enfin une stupidité criminelle commise en faveur de nos adversaires.
      Sous le titre « Kalachnikovs et transistors », j’ai consacré tout un chapitre de mon livre « La Foudre et le Cancer»(1) à analyser les méthodes terroristes. J’y démontre que nos médias constituent la meilleure caisse de résonance qui soit pour nos ennemis et que c’est une aubaine pour eux de trouver des porte-voix (a fortiori des porte-images) dans notre propre camp.
En dépit de cette mise en garde et de bien d’autres, non seulement cette journaliste a tiré dans le dos de nos hommes politiques et de nos combattants mais encore, elle a apporté un appui direct à Ben Laden dont toute l’astuce consiste non seulement à nous faire du mal mais surtout à nous faire peur.

            On nous objectera le droit sacré à l’information et la liberté d’expression. Chacun sait que là gît la vulnérabilité majeure des démocraties. Face à cette faiblesse, un seul palliatif pour qui ne veut pas verser dans un comportement totalitaire : l’autocensure des journalistes.
Encore faut-il que ceux-ci aient une éthique et qu’ils veuillent la mettre en pratique !

       Dans le cas considéré, ce scoop bien malfaisant va, à la fois, tristement ternir le célèbre slogan du journal : « le poids des mots, le choc des photos ! » et compromettre la confiance mutuelle entre soldats et journalistes si nécessaire dans nos démocraties vulnérables.
***

(1)Texte du livre "La Foudre et le Cancer"
(2) "Kalachnikovs, bombes volantes, bacilles et télévision"

Retour