http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Père courage
07/05/2008
L’ennemi mort

       En mai 1985, Ronald Reagan, président des États-unis, en visite en RFA se recueillit dans un cimetière militaire allemand où il y avait quelques tombes de SS. Au tollé que suscita ce geste, répondit le R.P. Bruckberger, ancien aumônier de la Résistance.

       Pour sa première sortie hors de Russie depuis son accession à l’empire, M. Gorbatchev a choisi de se rendre en Pologne. Le maître du Kremlin a voulu souligner que le premier attribut de sa puissance est sa fonction de garde-chiourme et d’esclavagiste. Il a tenu à rappeler aux Polonais qu’ils étaient sous sa botte, que cette botte était bien plantée dans la fourmilière et qu’elle y resterait pour les siècles des siècles. Rien ne m’a paru d’un cynisme plus indécent, plus scandaleux que cette visite officielle.
       Pourtant silence dans les rangs ! Les grandes consciences occidentales sont restées muettes. Que la Pologne pourrisse vivante dans un cachot ! Au moment où elle subit un nouvel et solennel outrage, elle n’aura pas le réconfort de notre compassion.
       Quarante ans après la défaite allemande, le président américain décide de visiter un cimetière militaire allemand, en signe de réconciliation de deux grands peuples libres : tempête d’indignation ! Je m’indigne d’une telle indignation.
       Je m’indigne comme soldat. Quand le sort des armes a tranché, le vainqueur a le devoir de rendre les honneurs aux cadavres des soldats vaincus, quels qu’aient été les torts et la cruauté des vivants. Nous ne renions pas notre guerre, nous ne rabaissons pas notre victoire, nous n’oublions pas nos morts en honorant les morts des vaincus.
       Je m’indigne comme chrétien. Si un chrétien a le devoir d’aimer ses ennemis même dans la flamme du combat, encore plus urgent est ce devoir si l’ennemi est mort. Devant la mort, toute justice humaine est dessaisie au bénéfice d’une juridiction plus haute, celle même de Dieu, juge ultime des vivants et juge unique des morts. Empiéter sur une telle juridiction est blasphématoire.
       Comme soldat et comme chrétien, je rends hommage au geste du président Reagan dans le petit cimetière de Bitburg.
       Une dernière chose. Un grand journal du soir, très sérieux, titrait en première page : «La polémique sur Bitburg a éclipsé la préparation du sommet de Bonn».
       Une hypothèse : et si c’était précisément cela le but visé et atteint ? Si tout ce tintouin n’était qu’une nouvelle provocation des services soviétiques de désinformation ? On nous a pris pour des gogos, et, une fois de plus, nous avons marché comme un seul homme dans ce qui me parait une grossière machination. Une fois de plus, nous avons été manipulés. Autant vaut le savoir.
       Chaque fois que, sur notre malheureuse planète, les quelques grandes puissances encore libres entreprennent quelque action commune pour assumer les grands devoirs de défense, d’entraide, de leadership du monde que leur imposent leurs privilèges, il y a, il y aura toujours, un petit cimetière de Bitburg pour venir «éclipser» cette tâche énorme et nécessaire et pour brouiller cette haute préoccupation.
Révérend Père BRUCKBERGER
Éditorial du journal “Le Figaro”, 6 mai 1985.

L’éditorial du Père Bruckberger paru dans Le Figaro, le 6 mai 1985, entraîne le lendemain un autre éditorial, de Dominique Jamet, dans le Quotidien de Paris. Nous avons gardé l’ensemble des deux textes pour que les propos tenus ne soient pas sortis de leur contexte. JD
Père courage

       Au-delà des cris du ressentiment et de la passion, bien plus haut que les pâquerettes, les gerbes, les couronnes, les prises de becs et les prises d’armes, une voix sereine s’est élevée hier au milieu de l’effarante controverse déchaînée depuis dix jours d’un bout à l’autre du monde libre par la visite du Président Reagan au cimetière militaire de Bitburg. Il n’est pas dit que cette voix se fera entendre dans le tumulte médiatisé qui a éclipsé la véritable signification au sommet des Sept plus spectaculairement encore que la Terre a éclipsé la Lune dans le ciel nuageux, samedi dernier. Juchés sur les stèles et les croix que la piété humaine érige en souvenir des morts, les corbeaux et les charognards croassent.
       Au moins cette hirondelle-là peut-elle faire croire au printemps.
       Des millions de braves gens, n’écoutant que leur douleur toujours renouvelée et leur juste indignation, blessure jamais cicatrisée, contre l’abominable holocauste où se sont englouties tant de vies et un peu de la dignité humaine ont donné tête baissée dans les panneaux largement ouverts par une habile campagne de propagande dont le but n’était assurément pas d’abattre pour la deuxième fois le nazisme vaincu et les nazis morts il y a quarante ans - on ne tire pas sur une ambulance, à plus forte raison sur un corbillard - que de faire un carton sur un président américain bien vivant.
       Des manipulateurs, des menteurs, des coquins, des conformistes et des lâches, ont exploité le filon toujours rémunérateur de l’antifascisme pour détourner de son sens le geste symbolique du représentant de la plus grande démocratie du monde, lui-même ancien combattant de la dernière guerre, président de cette république sans laquelle nous serions morts ou vivrions en esclaves, du totalitarisme brun ou du totalitarisme rouge.
       A-t-il été question à aucun moment, dans l’esprit de Reagan, de réhabiliter les valeurs, les buts de guerre, les chefs du IIIème Reich, et d’honorer les bourreaux triomphants de l’Ordre noir ? A-t-il jamais été question d’autre chose que d’aller s’incliner sur les tombes de soldats morts au combat, victimes d’une horreur qui les a engloutis ?
       Il s’est trouvé que dans le cimetière militaire de Bitburg, à côté des sépultures de deux mille combattants de la Wehrmacht, et un peu à l’écart, il y avait quarante-neuf pierres tombales, certaines surmontées d’une grossière croix de granit, à la mémoire d’autant de soldats des Waffen-SS. C’est l’image même de la place qu’occupent ces enfants perdus, jamais reniés, dans un enclos discret de la mémoire allemande.
       Les caméras de la télévision se sont à plusieurs reprises attardées sur ces tombes. Sur la plupart d’entre elles s’inscrivait le parcours d’une vie brève, brutalement fauchée par la mitraille. Quoi qu’ils aient pu faire, ces adolescents de dix-sept ans, ces jeunes gens de vingt ans n’étaient pas les pères mais les fils du régime nazi.
       On a beaucoup écrit, que les États-unis et l’Allemagne auraient pu faire le choix d’un autre site plus heureux que Bitburg, ville pourtant aussi américaine que germanique. Mais existe-t-il beaucoup de cimetières allemands où les ossements des Waffen-SS ne sont pas mêlés à ceux de soldats d’autres armes ? Existe-t-il beaucoup de familles allemandes qui ne portent pas dans leur chair et dans leur cœur la trace d’hommes, – père, oncle, cousin, mari, fiancé – qui portaient l’uniforme noir à collet vert ? Certains voudraient faire croire que le seul choix qui nous est offert est entre la haine et l’oubli, comme s’il ne pouvait y avoir place dans un cœur humain pour la mémoire et le pardon. Et que serait un pardon, dont seraient exclus précisément ceux qui en ont besoin, non pas les fils démocrates des pères égarés, mais ces pères eux-mêmes ?
       Enfin, une fois de plus, qu’est ce que ces cris d’orfraie dans un monde qui s’accommode de la présence du Cambodge à l’ONU, de la visite du nouveau tsar rouge à la Pologne satellisée, insulte à quarante millions de Polonais vivants et à quelques millions de Polonais morts, ou des gerbes que des chefs d’État capitalistes déposent pieusement, sur le mausolée de Lénine, qui n’était pas que je sache, un sous-ordre, Unterscharführer ou Sturmbannführer de la dictature en activité – comme on dit d’un volcan – la plus sanglante du monde ? Souffler ainsi sur les cendres tièdes d’un foyer éteint, c’est à coup sûr faire le lit des incendiaires d’aujourd’hui.
       Telles sont quelques-unes des vérités qu’a rappelées ou plutôt assénées, pour ainsi dire à coup de crosse, la crosse des évêques d’autrefois, pasteurs du troupeau et soldats du Christ, le père Bruckberger, dans un admirable éditorial paru hier [dans Le Figaro]. Il pouvait se permettre de tresser le thème politique et profane de la réconciliation avec le thème chrétien du pardon parce qu’il est insoupçonnable, parce qu’il fut en son temps le plus médaillé des prêtres combattants, sinon le plus religieux et le plus discipliné des soldats. Mais combien d’autres, laïques ou religieux qui pensaient de même, ont mieux aimé se taire ou hurler avec les loups ? Rares sont ceux qui unissent comme ce dominicain scandaleux le courage physique et le courage civique.
       Oui, c’est bien le même homme, par delà les années, qui accompagnait jusqu’au poteau d’exécution Joseph Darnand, son ancien des Corps francs, devenu chef de la Milice, et l’homme le plus haï de France. Un criminel ? Sans doute. Mais si le plus grand criminel n’a pas droit à un avocat, à un juge, à un médecin et à un prêtre, que reste-t-il de la civilisation ? Bertolt Brecht a dressé au-dessus des horreurs de la guerre de Trente ans la légendaire figure de Mère Courage. Et nous, nous avons notre Père Courage, après une paix de quarante ans.
Dominique JAMET
Éditorial du journal “Le Quotidien de Paris”, 7 mai 1985.

***
      
haut de la page
Retour