http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Après la manif
Lettre à un étudiant raisonnable
05/04/2006

     Je croyais qu’on t’avait enseigné l’horreur des méthodes d’Hitler – et leur parallélisme avec celles de Staline… Je pensais aussi qu’on t’avait expliqué à l’école les vertus de la Démocratie et l'importance des Droits de l'homme.

     Et pourtant, j’apprends que tu bafoues ces grands principes, te laissant intimider par les gauchos dans les amphis, hurlant avec eux, rameutant des lycéens qui ne pensent qu’à chahuter et, c’est un comble, appliquant à la lettre les odieuses paroles du « Horst Wessel Lied », l’hymne des ex-Chemises Brunes : « La rue appartient à celui qui y descend ! »…

     J’interrogeais hier un jeune américain étudiant à Sciences Po. Il m’a répondu: « Cette situation est inconcevable chez nous où les études sont très chères, où la sélection est impitoyable et où la liberté et la flexibilité dominent le marché de l’emploi ! Aux USA, chacun compte d’abord sur soi. Ici, on exige d’être garanti tous risques ! »…

     Mes petits enfants ont aussi du mal à se tailler leur place au soleil : je sais votre difficulté de vous faire embaucher dans un poste correspondant à votre formation et je ne minimise pas vos angoisses concernant votre avenir. Je n’ai pas la clé de la crise actuelle mais je veux au moins te dire que c’est dans une vraie guerre idéologique que nous sommes engagés et que, là, tu te trompes d’adversaire.

     D’ailleurs, Sun Tsu écrivait déjà, 6 siècles avant JC : « L'art suprême de la guerre, c'est de vaincre l'ennemi sans comba et, pour cela, d'utiliser des hommes vils, de compromettre les chefs, de désorganiser l'autorité, de ridiculiser les traditions, de semer la discorde entre les citoyens, de dresser les jeunes contre les vieux, de perturber l'économie... »
    Voila ce que cherchent ceux qui veulent casser la baraque et qui vous manipulent !…

     Tu représentes l’avenir de notre pays. Je te respecte et je t’aime. Je te fais confiance pour te prendre progressivement en charge. Je veux t’aider à achever de te construire et à assumer progressivement tes responsabilités car je connais ta générosité. Mais, attention ! Tu ne peux pas te lancer utilement dans le difficile débat actuel sans avoir expérimenté les réalités et notamment sans une sérieuse compétence professionnelle. D’ailleurs, ta réussite dépendra plus de tes efforts et de ta capacité d’entreprendre que du libellé d’un contrat.
     Aiguise ton aptitude à raisonner. Forge ton caractère et ne te laisse pas mener par tes sentiments et tes instincts. Et fuis les incendiaires !

     Parmi d’autres causes de la crise, tes copains et toi, vous payez aujourd’hui la démagogie et la démission de trop de gouvernants, de professeurs et de parents qui ont cherché à vous flatter … Parents-copains, profs abusivement cool qui ont peur de vous traumatiser… alors que votre vie, comme la nôtre, sera un combat.
     Or, on ne vous a pas assez armés pour ce combat. Le laxisme ambiant empire même car une institutrice confie aux lecteurs de mon quotidien qu’elle a le plus grand mal à venir à bout de ses gamins de maternelle: elle est apparemment la première et la seule à leur imposer des limites à ne pas franchir…

     Le problème de fond de votre génération, c’est d’avoir grandi dans un système où l’autorité boîte fréquemment d’un pied ou deux, alors que son équilibre exige quatre pieds qui sont :
la compétence, l’amour, l’exigence et l’exemple.

    Crois-moi ! Laisse les gens dont c’est le métier mettre la loi au point. Travaille à acquérir de la compétence. Et, quand ton tour viendra, ose exercer pleinement ton autorité, y compris dans sa dimension exigence. Alors, ta vie sera une magnifique aventure. Bon vent !
Jean Delaunay

***
haut de la page
Retour