http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Entendre et Comprendre
23/04/2008
      Si j’ai bien compris l’actualité récente, qu’on soit Tibétain, Français, Egyptien ou Haïtien, il ne fait pas bon vivre sur terre actuellement.
       Et si, en plus, des compatriotes sont pris en otage à bord d’un luxueux navire (ce qui prouve d’ailleurs que les pirates ont bon goût…) je n’ai qu’une question, récurrente :
       Mais où va-t-on ?
      Un économiste chroniqueur au Monde, introduit son propos par une citation du poète Robert Frost : « Some say the world will end in fire ; some say in ice » : telles sont les différentes options qui s’offrent ou s’imposent à nous - selon qu’on est optimiste ou réaliste.
      Peu versé dans l’économie, j’optais pour l’option « fire » songeant naïvement que, « la glace », ça parait peu probable étant donné le réchauffement climatique…
      J’avais tort, et notre journaliste de conclure que si le monde de demain ne sera pas le monde d’abondance d’hier, il ne sera pas non plus l’enfer inflationniste. Reste que l’on ne sait pas trop si l’on mourra en bottes fourrées ou sous un parasol !…

      L’équité entre les générations au regard des ressources naturelles est au cœur des débats pour trouver une politique économique pérenne. Sachant que tout porte à croire que l’économie de rareté soit la seule issue, comment composer avec cette rareté ?

      Loin des « concours de lâchetés et d’inélégances » de certains personnages en vue, Pierre-Noel Giraud, professeur d’économie aux Mines et à Paris Dauphine, livre dans la revue Etudes un article passionnant sur ce thème.
      Pas pessimiste mais économiste - et l’économie ne ment pas - il estime que « s’il reste vrai que l’effet de serre soulève un problème d’équité entre générations lointaines, il ne sera efficacement combattu que par une bien plus grande égalité au sein de notre propre génération ». Gageons que l’effet de serre n’étouffera pas l’Egalité et l’Equité entre générations d’un même monde… Quoiqu’il en soit, vaste programme et beau challenge !

      Tout homme, avant de mourir, devrait avoir lu quelque chose du journaliste Bruno Frappat. Sur son blog, hier, il tenait des propos percutants sur la crise alimentaire que subit la planète. Rendons nous compte ! En Haïti, en Afrique, en Egypte, quasi simultanément, de grandes émeutes (baptisées pudiquement « émeutes de la faim ») se sont déclenchées, entraînant une flambée de violences : La faim rend nerveux, on l’avait oublié !
      Au même moment, quelques boursicoteurs brillants continuent de spéculer sur le cours du riz ou du blé. Quand on travaille aux profits d’une firme, on ne s’embarrasse pas d’états d’âme !…
« On est sorti du réel pour rentrer dans le virtuel. On achète de l’avenir qui circule sur des réseaux d’ordinateurs connectés à l’absurde. Il en va de l’argent comme du pouvoir. Le pouvoir, c’est connu, rend fou. Le pouvoir absolu rend fou absolument. L’argent, de même, cela se vérifie chaque matin, rend fou. Et ces jours ci, absolument fous. »

      Le FMI appelle à l’intervention étatique, la banque mondiale s’alarme, un Casque bleu est tué à Haïti. Noir tableau assurément !
       « Si la faim redevient une menace massive, il est temps de sortir de nos petits soucis de gavés ! ». Puisse Bruno Frappat être entendu et compris.
Matthieu
étudiant

haut de la page
Retour