http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Des enfants soldats en tous genres...
16/04/2008
      Nous avions connu les petits gardiens de buffles en Indochine ou de chèvres en Algérie.
Nous savions qu’ils étaient là , « en chouf » et qu’ils avaient pour consigne de donner l’alerte quand ils nous voyaient, en soufflant sur leur feu, mine de rien, ou en agitant un chiffon. A l’époque, c’était là tout ce que nos adversaires leur demandaient, et il nous était évidemment impossible de prouver leur implication dans la guerre et de la réprimer…

      En revanche, au cours du conflit Iran-Irak, nous avons appris, horrifiés, que les états-majors des deux camps poussaient, devant les vagues d’assaut qui tentaient d’enfoncer les lignes adverses, des enfants au front ceint de bandeaux garantissant leur qualité de martyrs promis d’avance au Paradis.
      En fait, ils étaient là pour faire sauter les mines et couper les barbelés en économisant les vies de combattants, autrement précieuses aux yeux des chefs locaux de l’époque!...

       Depuis, en Palestine et ailleurs, ce sont, de même, des garçons et des filles qu’on endoctrine et qu’on équipe de ceintures d’explosifs pour commettre, dans les lieux publics, des attentats imprévisibles et donc imparables…

      En Afrique, l’ONU et les ONG dénoncent l’emploi massif d’enfants-soldats, enlevés dans leurs villages, enrôlés et armés de force, entraînés à piller et à tuer, et drogués , le moment venu, pour aller accomplir leur horrible besogne …
      S’ils en réchappent, ces jeunes-là sont très difficiles à rééduquer, ce qui pose le problème de leur avenir.

      Cela dit, il existe chez nous aussi une certaine catégorie d’enfants-soldats qui a même tendance à proliférer en ce moment.
      Leur mission est moins périlleuse et leur futur est a priori moins compromis que celui des précédents … ( Encore que …)
       Il s’agit de ces lycéens, garçons et filles, que leurs aînés, étudiants contestataires ou enseignants revendicatifs, endoctrinent pour qu’ils viennent grossir les manifs organisées par les adultes pour des motifs politiques déguisés, sur les banderoles, en demandes de crédits ou d’effectifs … Vu leur jeune âge, ces renforts de chahuteurs manipulés embarrassent la police et sans doute le gouvernement…

      Ceux-là, l’ONU et les ONG ne les dénoncent pas. Il n’empêche qu’ils font du sale boulot, qu’ils donnent le mauvais exemple aux autres jeunes, et qu’ils se préparent bien mal, en battant le pavé et en criant des slogans, aux vrais combats pour la vie qui les attendent…
Jean Delaunay

***

haut de la page
Retour