http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
L'enseignement de l'histoire réhabilité
27/02/2008
       Xavier Darcos, ministre français de l'Éducation nationale, a présenté le 20 février 2008 son projet de programmes de l'école primaire.

Le projet soumis à consultation est un beau document, clair et concis, professionnel et posé, qui marque le retour à un enseignement solide, dans lequel l'histoire et la géographie retrouvent leur place, au côté du français, de la grammaire et du calcul...

(…) Le ministre s'en tient à des «programmes plus courts, plus clairs et plus simples» Son projet fixe un objectif à chaque étape de la maternelle et du primaire :
       «À la fin de l'école maternelle l'enfant est capable de différencier les sons ; de distinguer les syllabes d'un mot prononcé, reconnaître une même syllabe dans plusieurs énoncés ; de faire correspondre les mots d'un énoncé court à l'oral et à l'écrit...»

Au CE1, les écoliers ne font pas d'Histoire mais «acquièrent une première compréhension des symboles de la République et apprennent notamment à reconnaître la Marseillaise et à se lever lorsqu'ils l'entendent, le drapeau tricolore, le buste de Marianne, ou la devise «Liberté, Égalité, Fraternité».

Le retour des repères chronologiques
L'histoire et la géographie s'enseignent dans le cycle suivant (CE2, CM1 et CM2), dans le cadre d'un module appelé «culture humaniste», qui comprend aussi une initiation aux pratiques artistiques et à l'histoire des arts.

En histoire, le projet souligne l'importance «d'identifier et de caractériser simplement les grandes périodes qui seront étudiées au collège», en procédant «dans l'ordre chronologique». Nous nous en félicitons car rien n'est plus important que la maîtrise de quelques repères chronologiques pour comprendre l'Histoire et progresser dans cette discipline.

Présentant son projet à la presse, le ministre a déclaré : «L'histoire fait désormais l'objet d'un véritable enseignement, introduisant chez l'enfant des repères chronologiques fondés sur la connaissance des grandes dates de l'histoire de France et l'existence des personnages, contrairement aux programmes précédents qui affirmaient qu' "à cet âge, il ne s'agit pas encore de faire de l'histoire". De Clovis à Clemenceau, de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb à celle du vaccin contre la rage par Pasteur, les élèves apprendront à connaître les principaux jalons de l'histoire de France et de l'humanité. C'est dans ce cadre aussi que les nouveaux programmes font explicitement référence à la question de la traite des Noirs et de l'esclavage, ainsi qu'à l'extermination des Juifs et des Tsiganes par les nazis».

Nous lui en donnons acte et souhaitons que ses préconisations soient suivies d'effet. Nous souhaitons aussi qu'elles débouchent rapidement sur un réexamen des programmes d'Histoire du collège, dans un sens plus conforme au déroulement chronologique des événements.
André Larané
***

La lecture de cet article paru sur le site Hérodote, le 24 Février, m’a fait chaud au cœur. Malheureusement, je déjeunais avec une jeune enseignante qui m’a raconté la séance consacrée, la veille, dans son école, à la présentation des nouveaux programmes aux professeurs. Elle m’a parlé, en s’en indignant, d’un concert de protestations et d’une attitude générale de refus. La directrice aurait même dit « en pédagogie, la répétition ne sert à rien… » et « l’appel abusif à la mémoire est néfaste… » On comprend dès lors que nos enfants arrivent en 6° sans maîtriser les fondamentaux. J’en conclus qu’il est plus facile de modifier les programmes que de convaincre certains profs de se remettre en question....C’est pourtant de cela qu’il s’agit surtout…

Bon courage, Monsieur le Ministre. Ne baissez surtout pas les bras !
Jean Delaunay

haut de la page
Retour