http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Une campagne qui bafoue le respect
de la dignité de la personne humaine…

06/02/2008
      Une campagne dite « d'information », basée sur 600 affiches apposées dans le Métro et le RER, a été lancée par le conseil régional d'Île-de-France au prix, dit-on, de 300. 000 euros. Elle porte le titre provocateur : «Sexualité, contraception, avortement. Un droit, mon choix, notre liberté.»

       France-Valeurs joint sa voix à celle des associations qui protestent contre cette initiative inacceptable du point de vue éthique. Comme les marcheurs pour la vie qui se sont réunis à Paris le dimanche 20 Janvier dernier, nous nous indignons de cette «véritable incitation à l’avortement».

       En effet, si de fréquentes campagnes en faveur de la contraception ont eu lieu, depuis la Loi Veil de 1975 qui dépénalisait l’avortement en le baptisant pudiquement IVG, on n’avait jamais vu de «publicité pour l'avortement» ainsi orchestrée, grâce, circonstance aggravante, à un financement public.

      Il paraît, disent les promoteurs de cette campagne, qu’il n’y a pas assez de place dans les centres d’IVG et que certaines femmes sont obligées d’aller avorter à l'étranger…

      Je sais que plus d'une femme française sur deux est concernée par ce dilemme au cours de sa vie, et qu'un enfant sur 4 est aujourd'hui avorté dans notre pays. Je me garde d’oublier par ailleurs les graves problèmes qui se posent à beaucoup de femmes confrontées à une grossesse non désirée, surtout si elles sont pauvres et vivent seules.

       Mais je sais aussi que, selon tous les témoignages, l'avortement demeure, dans tous les cas, un drame. Je connais aussi des organisations qui accueillent les femmes en difficulté, les aident à terminer leur grossesse dans la sérénité et à offrir éventuellement leur bébé à l’adoption *. Je pense, avec d’autres, que l'argent public devrait plutôt servir à informer les femmes sur l’existence de ces centres et à les soutenir, qu’à banaliser et organiser l’avortement de masse.

       L’opinion reste majoritairement favorable au respect de la vie, mais elle a été littéralement anesthésiée par une propagande insidieuse faisant accroire que l’avortement est la seule solution et qu’il est moralement acceptable puisqu’il est légal. Le matraquage actuel constitue une véritable subversion des valeurs fondamentales, celles que nous essayons de promouvoir depuis 20 ans.
      Nous avons pitié des femmes en détresse mais nous dénonçons l’exploitation idéologique de leur misère.
Jean Delaunay
***

* Entre autres : Mère de Miséricorde France (cliquer)
KAIRE 27 Rue Sainte Philomène
31400 Toulouse Tél : 05 61 53 70 27

Porter un regard d'amour sur la femme confrontée à l'avortement.
L’accueillir sans discrimination, ni jugement de valeur quant à son histoire ou sa détresse.

haut de la page
Retour