http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
« Politique de civilisation »
16/01/2008
       « France-Valeurs ne roule pour personne », ai-je affirmé dans notre Lettre de Noël. De fait, il n’est pas dans mes habitudes d’engager notre association sur le terrain politique, et encore moins de cirer les bottes des puissants…
       Cela dit, je ne cache pas ma joie d’avoir entendu, ces derniers jours encore, dans la bouche Présidentielle, des mots qui, reprenant la thèse d’Edgar Morin, me semblent rejoindre la nôtre. En effet, nous écrivions déjà dans notre Manifeste fondateur :

« LA SOCIETE FRANCAISE VEUT SORTIR DE LA CRISE
       Comme tous les observateurs lucides, nous déplorions que, sur fond de difficultés économiques, de chômage, "d'affaires" et d’insécurité généralisées, la grogne et la vieille mentalité des "tribus Gauloises" aient, depuis des années, pris le dessus sur les facteurs d'unité.
       Dans le même temps, le désordre des idées et des mœurs grandissait. Beaucoup de gens paraissent avoir perdu leurs repères de vie. Une famille sur trois éclate. La population vieillit...Trop de jeunes déboussolés se réfugient dans la drogue, porte ouverte à la délinquance, au SIDA, à la mort ...
       Tout cela au moment où notre pays devrait avoir un moral d'acier pour affronter les défis du 3° millénaire, l’agrandissement de l’Europe et les menaces terroristes.
       Cette crise est née
• d’une évolution trop rapide de la société devant le progrès technique mal digéré - d’où un profond décalage entre les moyens de vivre et les raisons de vivre,
• et de l’envahissement du matérialisme orchestré par la médiatisation dominante.

       Mais une réaction de santé semble aujourd’hui amorcée. Beaucoup de voix se font entendre réclamant, par exemple, le retour au bon sens dans l’éducation, aux devoirs de l’homme correspondants à ses droits, au respect des autres et à l’exercice de l’autorité bienveillante...

COMMENT L’ACCOMPAGNER
       Face à cette situation, le discours politique, tous partis confondus, n’était jusqu’ici plus guère reçu : il envisageait surtout de soigner les conséquences du mal au lieu d'en traiter les causes...
       Au sein de "France-Valeurs", association apolitique et non confessionnelle, nous estimons au contraire que
- le relèvement de notre pays se situe au moins autant sur les plans psychologique, moral et spirituel que dans l'économie,
- les Français ont besoin de reprendre confiance en eux,
- ils souhaitent respirer un air plus pur, les responsables donnant l'exemple de l'honnêteté et du désintéressement et les citoyens mesurant qu'ils sont responsables de leurs actes et de leur destin et solidaires entre eux,
- ils veulent retrouver des raisons de vivre, plus importantes que le pain et les jeux. (…) »
***
       Nous nous sentons donc confortés par des formules comme : «l’affirmation des Valeurs, le retour d’une dimension intellectuelle et morale de la politique…» «Que voulons nous léguer à nos enfants ? Quel projet éducatif ? Quel idéal humain ? » « Remettre l’homme au centre de la politique… »
       Cela dit, Edgar Morin lui-même nous met en garde : « Il ne suffit pas d’affirmer des Valeurs…»
       « Et tout le problème, écrit Henri Guaino, conseiller spécial du Président, c’est que les gens se reconnaissent (dans ce discours) et qu’ils se l’approprient…»
***
       Je leur avais répondu à l’avance dans notre Argumentaire :
       « A mes yeux, les Valeurs, ça n'existe pas en soi... Ca n'existe qu'à travers les hommes qui les vivent.
       Dans ces conditions, persuadons nous que
Nos témoignages de vie valent mieux que tous nos écrits. »
       Contribuons donc, par notre comportement quotidien, à incarner chacun cette nouvelle politique de civilisation pour aider nos contemporains « à s’y reconnaître et à se l’approprier ».
Jean Delaunay

haut de la page
Retour